Roulez pratique : le badge France Espagne Portugal .. 3 en 1..

https://www.area-enligne.com/Area/abonnement.aspx?site=AREA&lang=FR&page=topEurop&section=topEurop

conseils:

Jean Claude Louis Moi j’ai le badge Area en France qui couvre la France, Espagne,, Portugal, débité en France sur mon compte Français , ce qui n’était pas le cas pour Via Verdé qui me débitait qu’au Portugal . Il y a quelques très petits frais mensuel, mais uniquement dans le pays où vous voyagez . Pour moi c’est le plus pratique et ça fonctionne très bien y compris pour les parkings qui ont Via Verdé. Sans engagement ?? si vous n’utilisez pas les péages rien n’est débité. je l’ai acheté il y a 3 mois 

Préparer son décès, il faut y penser…

 

S’il est naturel de préparer sa succession, afin d’assurer la transmission de votre patrimoine, et veiller ainsi au respect de vos dernières volontés, le sujet des obsèques est souvent oublié, ou mis de côté. Or préparer ses obsèques permet d’éviter de nombreux soucis à vos proches.

Voici quelques conseils très simples pour aborder le sujet avec sérénité.

1- Faire connaitre vos dernières volontés en matière d’obsèques
La rédaction d’un testament olographe reprenant vos dernières volontés est la solution la plus simple. Sur ce testament qui doit être rédigé à la main, vous allez pouvoir indiquer vos choix de cérémonie :
– Inhumation ou crémation
– Cérémonie civile, religieuse, ou pas de cérémonie
– Destination des cendres en cas de crémation, lieu d’inhumation en cas d’enterrement
– Et jusqu’aux moindres détails (Textes à lire, musiques…)

Le fait de décider de vos obsèques à l’avance évitera à vos proches de faire des choix, dans un moment déjà compliqué. C’est être sûr également qu’ils n’auront pas à décider pour vous.

2- Assurer le financement de vos obsèques
Le coût des obsèques peut être lourd à assumer par vos proches. En assurer le financement à l’avance, leur évitera bien des soucis. Et si votre stratégie est qu’ils n’aient absolument rien à débourser, voici quelques conseils.
Les sommes mises à disposition sur un contrat obsèques seront dédiées à leur paiement, sans attendre la liquidation de la succession. Elles permettent ainsi d’éviter toute avance de fonds pour les proches. Et ce capital est net de droit de succession. Même le surplus.
Prévoir un peu plus peut être recommandé.
De même en ce qui concerne le lieu de décès. Si 60% des décès se produisent en milieu médical, prévoir le surcoût d’un séjour en chambre funéraire est indiqué. Notamment si le décès a lieu au domicile.
Source UFE

L’image contient peut-être : ciel et plein air
Association des Francophones de Figueira da Foz Caravel Passion
Communauté

Elections européennes du 26 mai 2019

Le 26 mai les électeurs français du Portugal ont rendez-vous avec les urnes pour élire les députés européens. Si vous ne pouvez pas vous rendre en personne dans l’isoloir, il est possible de voter par procuration. N’attendez pas la dernière minute pour l’établir: il est conseillé d’entamer les démarches avant le 17 mai pour toute procuration sur la même liste électorale (le 10 mai pour une liste en France).
Pour établir une procuration, il faut se rendre en personne au consulat muni de votre passeport ou carte d’identité française. Il est également possible de l’établir auprès d’un consul honoraire. Il est obligatoire, pour des raisons pratiques, que le mandataire soit inscrit …sur la même liste consulaire que le mandant…Le mandataire peut avoir au maximum trois procurations (une ou deux ou trois procurations établies à l’étranger ; une procuration établie en France et une ou deux procurations établies à l’étranger).
Attention…Le vote par correspondance n’est pas possible pour cette élection.
source UFE
Contactez nous en par mail si vous ne connaissez pas de mandataire disponible (bureau de Porto).

Retraite à l’étranger …louer pour mieux juger.

Pour retrouver du pouvoir d’achat, de plus en plus de retraités sont tentés de s’installer à l’étranger. Selon les chiffres de l’Assurance retraite, ils sont près de 1,2 million à avoir fait ce choix. Parmi les destinations plus en vogue, on recense notamment le Maroc, le Portugal, l’Italie, l’Espagne, Chypre ou encore la Thaïlande, Bali et les Philippines pour les destinations plus lointaines.

Quel que soit le choix de ce pays de villégiature, une question surgit immanquablement : faut-il louer ou acheter ?

Dans un premier, sauf à profiter d’une opportunité immobilière (de plus en plus rare), la meilleure solution est de commencer par louer. Quitte à galérer un peu, car dans la plupart des pays européens, les bailleurs préfèrent les locations saisonnières plus lucratives.

La location présente plusieurs avantages : tout d’abord, elle permet de faire un « stop » de quelques mois ou de quelques années dans un pays, puis de mettre le cap ailleurs si l’endroit ne tient pas ses promesses. C’est aussi l’occasion de savoir si cette terre d’élection est au top en matière de santé (densité de médecins, infrastructures hospitalières, etc.), de sécurité, de commodités, etc. Louer permet enfin de disposer d’un point de chute à partir duquel identifier les opportunités d’achat sans avoir à se précipiter.

Après cette phase d’observation, acheter peut constituer une opportunité financière, a fortiori dans les pays en voie de développement où les prix de l’immobilier sont moins élevés qu’en Europe. Mais il faut s’entourer de précautions : certains pays comme la Thaïlande, l’Ile Maurice ou le Sri Lanka restreignent les achats par des étrangers même si ceux-ci sont autorisés à louer des propriétés pendant une durée indéterminée.

Acheter..:


Faire appel à un expert avant tout achat Si l’achat est possible, il est conseillé de renseigner sur les frais et les taxes liées à la transaction. Le plus sage est de faire appel aux services d’un expert ayant pignon sur rue. (au Portugal, un avocat spécialisé) C’est à lui qu’il reviendra de s’assurer que les titres de propriétés sont en règle et que le bien vendu ne fait pas l’objet d’une bisbille juridique, par exemple entre des héritiers.
Il appartiendra aussi à l’expert de vérifier que les caractéristiques de la maison ou de l’appartement (surface, servitudes éventuelles, diagnostics immobiliers, etc.) correspondent à la réalité et aux exigences déclaratives locales. En parallèle, Il fournira à l’acquéreur le détail des règles s’appliquant en cas de rapatriement ou du transfert des capitaux (revente).
via Planete.fr

Permis de Conduire

Conduire en Europe avec un permis français
Vérifié le 27 février 2019 – Direction de l’information légale et administrative

Votre permis de conduire français est valable en cas de tourisme ou d’installation dans les autres pays de l’Espace économique européen (EEE). Vous n’avez pas besoin de permis international, ni d’échanger votre permis. Sachez en outre qu’aucun conducteur ne peut détenir plus d’un permis dans l’EEE.
Installation en Europe(actif)
Installation en Europe
Si vous vous installez dans un autre pays européen, vous n’êtes pas obligé d’échanger votre permis de conduire actuel contre un nouveau permis dans ce pays.
Les permis de conduire délivrés par les pays européens sont en effet mutuellement reconnus.
Les conditions suivantes doivent toutefois être remplies :
* Votre permis français doit être valide
* Vous ne devez pas être sanctionné par une suspension, restriction ou annulation de votre droit à conduire dans votre pays d’installation
Il n’est pas possible de conduire en Europe avec un document provisoire (certificat d’examen du permis de conduire – CEPC, récépissé de déclaration de perte ou de vol du permis, etc.).
Si vous souhaitez malgré tout échanger votre permis français, vous devez déposer une demande auprès des autorités compétentes dans votre pays d’installation.
Attention :
si votre permis français a été obtenu en échange d’un permis non européen, il n’est pas automatiquement reconnu par les autres États de l’EEE. Renseignez-vous auprès des autorités compétentes de votre pays d’installation.
Pour déposer votre demande d’échange de permis français, contactez l’ambassade ou le consulat de votre pays d’installation afin d’avoir la liste des justificatifs à fournir.
Où s’adresser ?
* Ambassade ou consulat étranger en France 

Vous n’avez pas à passer d’examen théorique (code de la route) ou pratique (aptitude à la conduite).
Avant de vous délivrer un permis de conduire national, votre pays d’installation vérifie que vous n’avez pas été sanctionné sur son territoire, en France ou ailleurs en Europe (restriction, suspension ou retrait de permis). En cas d’échange, votre permis français est renvoyé aux autorités françaises.
Après 2 ans de résidence normale, votre pays d’accueil peut limiter la durée de votre permis français (ancien modèle à durée illimitée) à la durée de validité du nouveau permis européen. Celle-ci est, selon les pays, de 10 ou 15 ans pour les permis motos et voitures. Vous devez alors renouveler votre permis (simple renouvellement administratif). Renseignez-vous auprès des autorités du pays concerné le moment venu.
Si votre permis de conduire nouveau modèle (délivré depuis le 19 janvier 2013) arrive à expiration dans votre pays d’installation, vous devrez le renouveler auprès des autorités de ce pays. Les autorités françaises ne sont plus compétentes.
Nota: les permis européens n’ont plus de puce depuis 2015